Spinning

Spinning

Cours de spinning (1 heure)

Cours pour les débutants et intermédiaires

Réservez votre place

Le spinning est un concept créé dans les années 80, mais qui a eu un gain de popularité au milieu des années 90. Il s’agit d’un entraînement de groupe qui implique l’utilisation d’un vélo stationnaire spécialisé (spider). Chez Actiforme, nous utilisons des vélos Cycle Ops 300 Pro qui sont reconnus pour leur efficacité.

 

Les objectifs des cours de spinning sont; l’amélioration ou maintien de l’endurance et de la puissance aérobie, l’amélioration ou maintien de l’endurance musculaire surtout au niveau des membres inférieurs et la perte de poids reliée à la dépense calorique. En effet, on propose une perte calorique qui varie entre 400 et 600 calories.

Les cours sont dirigés par un kinésiologue ou un instructeur qualifié. Ce dernier guide les participants tout au long du cours.

Les routines incluant des sprints ou des intervalles permettent de simuler une vraie randonnée de vélo.

La musique entraînante augmente la motivation des participants et stimule l’effort.

 

Les routines sont adaptées à chacun des participants, en adaptant un des trois paramètres suivant:

Variation de la résistance

La variation de la résistance se fait grâce à un système qui relie les freins aux pédaliers. Lorsque la résistance est augmentée, les freins agissent en se resserrant et en augmentant ainsi la difficulté de roulement. Les participants sont encouragés à varier cette résistance. Toutefois, il est fortement conseillé de trouver un niveau confortable pour ainsi maintenir la cadence suggérée.

Changement de la vitesse

Un changement de la vitesse, de la cadence est apporté afin de stimuler le participant en lui permettant d’augmenter ou de diminuer son intensité de travail.

Changement de position

En roulant assis ou debout dans des positions variées afin de solliciter de différentes façons les muscles des membres inférieurs.

* inspiré des notes de cours (2013) KIN301  – Méthodes de conditionnement physique particulières, Université de Sherbrooke.

Partager