Témoignage: Émilie Dagenais

Témoignage: Émilie Dagenais

À l’âge de 6 ans, Émilie a chaussé pour la première fois une paire de patins, à cet instant même, une passion naissait. Trois ans auparavant, elle avait eu son premier cancer; un rhabdomyosarcome, tumeur des tissus mous (celle-ci au muscle temporal). Après une chirurgie pour retirer le muscle, elle a reçu de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Les effets secondaires ont abîmé les tendons d’Achille, elle a dû faire de la physiothérapie pendant trois ans. Les médecins avaient peu d’espoir qu’elle puisse un jour faire du patinage artistique comme sa sœur.

Émilie leur a prouvé le contraire. C’est avec ténacité et beaucoup d’efforts qu’elle remporta plusieurs médailles d’or.

En 2008, elle a été diagnostiquée d’un second cancer, un ostéosarcome logé dans la boîte crânienne qui lui a paralysé un côté du visage. Inopérable, elle a reçu à nouveau de la chimiothérapie ainsi que des traitements de radio-proton à Boston. Malgré une année sans patiner, Émilie a réussi à rattraper son groupe sports-étude. Son courage, sa persévérance et son amour pour le patin ont fait en sorte qu’elle puisse encore une fois vaincre le cancer.

En 2012, on découvre qu’elle a une mutation génétique, qui affecte le gène qui veille et aide à prévenir la formation de tumeurs. Dans la même année, elle sera opérée pour un cancer du sein. Toute sa vie, elle a rêvé de participer aux championnats canadiens. L’année dernière, elle s’est qualifiée pour les provinciaux et a réussi son niveau or.

Malgré une santé fragile, Émilie parvient à patiner 18 heures par semaine, à poursuivre ses études avec succès et à prendre part à de nombreux évènements de collecte de fonds pour le centre de cancérologie Charles Bruneau et la fondation Ste-Justine, tout ça, sans jamais perdre espoir qu’un jour son rêve se réalise.

En août, elle est opérée au cerveau, cette fois une récidive de son ostéosarcome de 2008. Elle doit cesser de patiner et combattre encore une fois le cancer. Comme elle le dit si bien, ce n’est que temporaire, car son bonheur est sur la glace là où elle vit sa passion : le patin.

201312 Mimi-2

201312 Mimi-3

Questions et commentaires

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).