Qu’est-ce qu’une commotion cérébrale ?

Qu’est-ce qu’une commotion cérébrale ?

Depuis quelques années la commotion cérébrale est devenue le plus grand fléau des sports de tout genre. Longtemps ignorée, elle a fait des ravages dans la vie de plusieurs athlètes professionnels et amateurs. Lors de la récente « Concussion in sport groupe consensus de Zurich 2012 », la définition a été modifié la commotion est maintenant une « sous-classe du traumatisme crâniocérébral. » « Historiquement fait référence à un impact de faible vitesse avec mouvement du cerveau dans la boîte crânienne résultant en divers symptômes cliniques ».

Comprendre les commotions n’est pas simple, c’est une pathologie qui est complexe et surtout évolutive. Il arrive que les athlètes n’aient pas de symptômes immédiatement après l’impact, ils peuvent parfois les ressentir plusieurs jours après. Ceci rend le diagnostic difficile, surtout qu’il n’existe pas d’outil parfait pour évaluer la commotion. L’évaluation doit être multidimensionnelle, l’équipe de professionnel de la santé doit s’assurer d’évaluer l’échelle des symptômes, les fonctions cognitives, la colonne cervicale, l’équilibre, la coordination, les atteintes vestibulaires et visuomotrices ainsi que le temps de réaction.

Sans dire que la commotion peut s’aggraver avec le temps, il est important d’être vigilant surtout s’il s’agit d’une récidive. Les études démontrent que plus une personne a subi de commotions, plus les impacts à long terme seront importants.

Voici quelques recommandations en cas de commotion cérébrale.

  • Dans les jours qui suivent l’impact, le repos est prioritaire.
  • Repos physique et cognitif sont aussi important l’un que l’autre
  • « Aucun retour au jeu le même jour n’est justifié »
  • Si les symptômes sont toujours présents après 10 jours il faut rapidement consulter un spécialiste

En conclusion, il ne faut prendre aucune chance, surtout s’il s’agit de nos adolescents. Comme le cerveau connaît plusieurs transformations à cet âge, il n’y a aucun risque à prendre. Consulter un médecin le plus rapidement possible et respecter vos limites ainsi que votre énergie. L’alcool, les drogues, une mauvaise alimentation et un manque de sommeil peuvent avoir des impacts négatifs sur votre récupération. Soyez sage et vigilant!!

 

Questions et commentaires

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).