Mythes et réalités de l’entraînement

Mythes et réalités de l’entraînement

 « J’aimerais avoir un exercice pour raffermir mon ventre et un autre pour perdre mon gras autour du bras. »

Ce mythe est certainement celui le plus souvent entendu et répété dans les centres de conditionnement physique. Or, il est impossible d’avoir une perte de graisse localisée grâce à l’utilisation d’un exercice de renforcement musculaire précis. L’énergie nécessaire pour effectuer l’exercice sera principalement fournie par les sucres et les gras présents dans le sang qui circule dans tout le corps.

 

« Si je prends des charges plus lourdes, je vais avoir l’air d’un culturiste ou encore je pourrais me blesser. »

Cette croyance, plus souvent présente chez les femmes, semble venir de l’image projetée par les athlètes féminines de culture physique aux larges épaules que l’on voit régulièrement lever des charges qui font pâlir quelques hommes dans les centres de conditionnement physique. Il ne faut pas oublier de prendre en compte que ces femmes s’entraînent un nombre d’heures par semaine beaucoup plus élevé que la plupart des gens, en plus de suivre un régime très strict pour arriver à avoir et maintenir cette apparence physique. Pour le reste d’entre nous, l’augmentation des charges à l’entraînement nous aidera simplement à être plus fonctionnels à la maison ou au travail en plus de stimuler notre métabolisme de base et peut-être même renforcir notre motivation. Pour ce qui est des risques de blessures, ceux-ci sont plus souvent associés à une mauvaise exécution technique du mouvement qu’à l’augmentation de la charge. Si vous maîtrisez bien un exercice, vous ne devriez pas avoir peur de sortir de votre zone de confort et augmenter un peu la charge.

 

« Je ne pourrai pas continuer à m’entraîner pour les 9 prochains mois, je suis enceinte. »

Il est vrai que certains exercices sont contre-indiqués durant une grossesse. De plus, il faut aussi diminuer légèrement et graduellement l’intensité de l’entraînement. Par contre, il y a plus de bienfaits, pour la femme enceinte, de continuer à s’entraîner et ceux-ci dépassent largement les risques possibles : contrôle du poids, contrôle de l’humeur, difficulté de l’accouchement, etc.

 

« Je me suis réveillé avec des courbatures et les jambes lourdes ce matin, je suis certain que c’est à cause de l’acide lactique produit durant mon entraînement hier. »

L’acide lactique est certainement le plus grand souffre-douleur en conditionnement physique, car beaucoup de gens lui reprochent plusieurs méfaits à tort. L’acide lactique est en fait sécrété par les muscles lors d’effort intense de très courte durée durant lesquels l’oxygène n’est pas disponible dans la cellule. Ces zones d’intensité ne sont généralement pas celles dans lesquelles vous travaillez durant une séance de conditionnement physique typique et sont plutôt vues chez des gens s’entraînant dans un objectif d’amélioration de la performance. Les courbatures sont plutôt liées à une accumulation de micro déchirures dans les muscles ayant été sollicités durant l’entraînement. Elles disparaîtront après un certain temps pendant le processus d’adaptation, processus pendant lequel le corps travaille à réparer ces micros déchirures et le rendre plus fort et plus endurant pour la séance suivante.

 

« J’ai fait 2 heures de tapis roulant. J’ai gagné le droit de manger mon burger! »

Le contrôle de notre poids peut facilement être comparé à une balance. D’un côté l’activité physique et de l’autre tout ce que nous mangeons. Par contre, lorsqu’on décide de faire des abus, le corps a généralement tendance à faire des réserves et stocker des calories pour la prochaine séance au lieu de seulement palier pour ce qui a été perdu. De plus, au-delà des calories, certaines composantes de la nourriture que nous choisissons durant nos abus peuvent quand même devenir néfastes pour la santé si elles s’accumulent en trop grande quantité dans notre corps. Nous n’avons qu’à penser aux gras trans ou au sel par exemple.

Questions et commentaires

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).