Les femmes et la musculation

Les femmes et la musculation

La principale crainte des femmes par rapport à la musculation est souvent de devenir Mme Muscle. Ce phénomène, l’hypertrophie musculaire, est plutôt un mythe chez la femme.

En vous expliquant les mécanismes de l’hypertrophie, vous comprendrez pourquoi. Premièrement il faut savoir que la cellule musculaire est en majeure partie composée de protéines contractiles, l’actine et la myosine, et plus celles-ci sont nombreuses plus la capacité de production de force est grande.

Lorsqu’un muscle ou un groupe de muscles est stimulé de façon inhabituelle, par un exercice de musculation par exemple, celui-ci s’adapte de façon à être capable de produire plus de force et il le fait principalement de deux façons.

D’abord en améliorant l’efficacité des mécanismes nerveux impliqués dans LA contraction musculaire et ensuite, en augmentant la quantité de protéines contractiles présentes à l’intérieur de la fibre musculaire. Et c’est justement en augmentant la quantité de ces protéines que les cellules musculaires augmentent en volume.

Chez l’homme, la synthèse de ces protéines est facilitée à cause de la plus grande concentration d’hormones anaboliques (c’est à dire favorisant la synthèse des protéines) dans l’organisme de ces messieurs. La testostérone est l’hormone la plus importante à cet effet.

De son côté, l’organisme féminin contient beaucoup moins de testostérone. Conséquemment, l’hypertrophie musculaire est la majorité du temps minime chez la femme. L’augmentation de la force chez la femme provient donc de l’optimisation des mécanismes nerveux impliqués dans la contraction musculaire : premièrement la capacité de recruter plus de cellules musculaires lors d’une contraction, deuxièmement par la diminution des mécanismes nerveux protecteurs qui diminuent la contraction musculaire, et finalement par une meilleure coordination entre les muscles et groupes de muscles pour l’exécution d’un même mouvement.

 

L’Augmentation de poids

Beaucoup de dames (femmes) se plaignent d’une augmentation de poids quelques semaines après avoir débuté un programme de conditionnement physique. Si celles-ci avaient débuté le programme dans le but de perdre du poids, elles sont évidemment un peu découragées de voir l’aiguille de la balance monter au lieu de descendre!

Par contre il n’y a pas lieu de s’alarmer, car il est normal pour les dames (femmes) débutant un programme d’entraînement de voir leur masse musculaire augmenter de 0.5 à 1.5 kilos, surtout si celles-ci sont sédentaires depuis un bon bout de temps. Il faut comprendre que cette augmentation de la masse musculaire sera très limitée et ne surviendra qu’en début de programme, et ce pour les mêmes raisons énumérées plus haut lors de l’explication sur l’hypertrophie musculaire. De plus, l’augmentation de la masse musculaire est une bonne nouvelle dans le contexte d’une perte de poids : celle-ci augmentera le métabolisme de base et la dépense calorique au repos en sera augmentée, favorisant la perte de tissus graisseux à moyen et long terme!

 

Bienfaits reliés à l’entraînement

Maintenant le mythe de la Madame muscle démystifié, voici plusieurs bienfaits reliés à l’entraînement.

Sur le plan physiologique, la diminution du risque d’être atteint de certains problèmes de santé est un bienfait relié à l’entraînement régulier. Les maladies cardiovasculaires, le diabète du type 2, l’ostéoporose, l’hypertension artérielle, le cancer du côlon et du sein sont notamment les problèmes en question. L’exercice permet également d’améliorer la circulation sanguine, de faciliter la stabilité de la pression artérielle, d’améliorer la qualité du sommeil et de favoriser l’équilibre des chiffres de glycémie.

Voici quelques informations afin de comprendre le phénomène de l’ostéoporose par rapport à la musculation. Pour commencer, il faut savoir qu’à tout âge la musculation augmente la résistance de l’os ainsi que sa densité osseuse. Grâce à ses propriétés piézoélectriques, lors d’un stress mécanique, l’os génère un potentiel électrique (séparation de charges opposées) et les ions positifs de calcium libres sont attirés vers la surface négativement chargée de l’os et s’y déposent en plus grande quantité. Ainsi, le contenu minéral de l’os augmente et son architecture interne s’améliore. Cela diminue donc le risque de fracture de 20 à 35 %. Ce pourcentage inclus également la diminution de chutes corrélée avec le renforcement musculaire. Les études démontrent que la musculation retarde la perte de densité osseuse et peut même prémunir contre cette maladie.

Sur le plan physique, l’exercice retarde la perte de masse musculaire reliée au vieillissement, améliore la posture et l’équilibre. Cela contribue à réduire les maux de dos, l’embonpoint et le risque de chute. La prévention de blessures est aussi un avantage sur le plan physique. Le renforcement musculaire général permet au corps d’augmenter sa résistance par rapport aux stress physiques et aux situations de déséquilibre.

Sur le plan mental, il y a plusieurs effets bénéfiques également. La pratique régulière de l’activité physique améliore l’humeur, aide à mieux gérer l’anxiété et le stress, prévient la dépression et aide aussi à la traiter. L’activité physique améliore aussi l’image et l’estime de soi. De fait, cette pratique d’activité physique augmente votre bien-être et ralentit les effets du vieillissement (notamment la perte de mémoire) en agissant sur notre cerveau.

En somme, l’entraînement régulier permet d’augmenter considérablement la qualité de votre vie et ce, à plus long terme!

Références

http://www.saineshabitudesdevie.gouv.qc.ca/index.php?les-avantages-de-lactivite-physique

http://www.kino-quebec.qc.ca/musculation.asp?saison=p

http://www.mediachimie.org/ressource/effets-de-lexercice-physique-et-de-lentra%C3%AEnement-sur-la-neurochimie-c%C3%A9r%C3%A9brale-effets-sur

Questions et commentaires

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).