Le pelletage: un sport dangereux ?

Le pelletage: un sport dangereux ?

Si pour être qualifiée de sport national une activité doit être faite par le plus de gens possible dans un pays, alors le pelletage remporte la palme d’or chez nous au Québec, et ce, même devant le hockey!

Certaines personnes détestent alors que d’autres y voient une façon de sortir et de prendre de l’air. Plusieurs y voient un bon moyen de joindre l’utile à l’agréable en mariant cette corvée à une occasion de faire de l’exercice! Et ces derniers ont raison : le pelletage peut être une excellente activité physique et représenter une façon efficace de brûler des calories. Par contre si l’on s’y prend mal, cette activité caractéristique de nos hivers québécois peut apporter certains désagréments : courbatures ou maux de dos par exemple. Le pelletage peut même être dangereux pour certaines personnes à risques. Chaque année, des gens meurent d’une crise cardiaque ou subissent une crise d’angine en maniant notre outil hivernal. Si on analyse ces incidents, on se rend vite compte que le problème n’est pas dans la nature de l’exercice, mais réside plutôt dans la façon d’exécuter cette activité.

 

Le secret : intervalles de travail et intervalles de repos

Le secret pour pelleter de façon sécuritaire est de travailler en intervalles, c’est-à-dire en alternant une période de travail avec une période de repos. La période de travail ne devrait pas excéder 2 minutes en début de saison et la période de repos devrait être de même durée. Au fur et à mesure que l’hiver avance, notre organisme se conditionne et s’adapte à cette activité vigoureuse et il est conséquemment possible d’augmenter la période de travail et de réduire progressivement la période de repos à ½ de la période de travail (voir le tableau de progression).

 

Rythme et intensité 

L’intensité de votre effort doit être de faible à modérée, c’est-à-dire que vous devriez être capable de tenir une conversation sans être essoufflé. Vous devriez débuter la saison à un rythme de 10 à 12 pelletées par minute et ne jamais excéder 15 pelletées par minute. Un autre facteur qui influence grandement l’intensité est la quantité de neige que l’on manipule : il faut pelleter de petite quantité de neige à la fois et diminuer cette quantité si la neige est mouillée.

Pelletage3Tableau 1

Technique

Une bonne technique commence par un bon équipement : utilisez une pelle avec un manche court et empoignez-le près de la cuillère (photo 1).

Il ne faut pas utiliser seulement les bras : il faut mettre tout le corps à contribution. Gardez vos genoux légèrement pliés et penchez-vous légèrement lorsque vous poussez ou vous levez la pelle (photo 1).

Pelletage1Photo 1

Il est important d’utiliser votre corps en entier en transférant votre poids d’un pied à l’autre et/ou en déplaçant vos pieds vers l’endroit où vous portez la neige, ceci dans le but d’éviter les torsions du tronc et ainsi diminuer les risques de blessures au dos.

 

Météo

Méfiez-vous des journées très froides et venteuses. Chez certaines personnes, l’air froid fait en sorte que les artérioles qui nourrissent le cœur en sang oxygéné ont tendance à se rétrécir et celui-ci doit travailler plus fort pour le même effort physique. Donc y aller plus lentement lors de ces journées.

Pour les mêmes raisons, il est de mise de s’habiller chaudement, et de bien couvrir le cou et la tête lors des journées extrêmement froides. Utiliser la technique des « pelures d’oignon », c’est-à-dire plusieurs couches de vêtements au lieu d’un seul gros manteau. Cette technique offre deux avantages :

1) La chaleur dégagée par le corps est emprisonnée entre les couches des vêtements, ce qui isole mieux le corps qu’avec une seule couche.

2) Au fur et à mesure que vous travaillez et que vous avez chaud, cette technique vous donne la possibilité d’enlever une épaisseur au besoin.

 

Autres précautions

Évitez les repas copieux, l’alcool, la cigarette ou la pipe immédiatement avant ou après votre session de pelletage, ces éléments représentent un stress additionnel pour votre cœur. De plus, si vous répondez oui à une des questions du tableau 2, consulter votre kinésiologue avant d’entreprendre une activité physique vigoureuse comme le pelletage.

Pelletage2Tableau 2.

Yvan Campbell, B.Éd., M.Sc., kinésiologue

Questions et commentaires

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).