Arthrose et exercice

Arthrose et exercice

L’arthrose est une maladie dégénérative qui affecte les articulations et dont les symptômes principaux sont la douleur et la raideur. Cette maladie est la première cause d’incapacité au Québec. En effet, elle touche 12 % de la population, et ce pourcentage augmente avec l’âge.

Malheureusement, l’affection crée un cercle vicieux qui aggrave l’incapacité de la personne atteinte. D’abord, la douleur entraîne une hypokinésie, c’est-à-dire une diminution de l’activité physique journalière. Cette hypokinésie génère une réduction de la condition physique et, pour certains, une augmentation du poids corporel. Le déconditionnement et la prise de poids produiront une fatigue accrue lors des activités de la vie quotidienne, qui aura pour effet d’augmenter la douleur.

201411 Athrose et exercice

La seule façon de s’en sortir est d’adopter une stratégie basée sur une approche pharmacologique bien encadrée et un protocole d’exercices élaboré par un kinésiologue, un physiothérapeute ou un ergothérapeute.

Dans la plupart des cas, une combinaison d’acétaminophène (Tylénol) et d’un anti-inflammatoire non stéroïdien (ibuprofène, naproxène) permettra d’initier un programme de renforcement neuromusculaire et d’entraînement cardiovasculaire qui, à moyen terme, produira une diminution de la douleur et la reprise des activités.

Dans les cas les plus avancés d’arthrose du genou ou de la hanche, un médecin orthopédiste pourra procéder à l’implantation d’une prothèse complète ou partielle (unicompartimentale). La réadaptation sera très importante, surtout dans le cas de la prothèse totale, parce que la biomécanique et la proprioception du genou seront complètement différentes avec ce type de chirurgie.

Yvan Campbell, B.Éd., M.Sc., kinésiologue.

Questions et commentaires

Votre adresse de messagerie et votre téléphone ne seront pas publiés. Les champs obligatoires sont indiqués avec un astérisque (*).